Un gros chat noir, Ponce Pilate et de la folie

Pour retrouver l’homme qu’elle aime, un écrivain maudit, Marguerite accepte de livrer son âme au diable. Version contemporaine du mythe de Faust, transposé à Moscou dans les années 1930, Le maître et Marguerite est aussi une des histoires d’amour les plus émouvantes jamais écrites. Mikhaïl Boulgakov a travaillé à son roman durant douze ans, en pleine dictature stalinienne, conscient qu’il n’aurait aucune chance de le voir paraître de son vivant. Écrit pour la liberté des artistes et contre le conformisme, cet objet d’admiration universelle fut publié un quart de siècle après la mort de celui qui est aujourd’hui considéré comme l’égal de Dostoïevski, de Gogol et de Tchekhov réunis.

Plusieurs de mes amis m’avaient vanté les merveilles de ce livre. Je l’avais donc acheté avec confiance et envie. J’ai cependant mis six malheureux mois à le commencer. J’ai adoré Le Maître et Marguerite. C’est une oeuvre incroyablement riche autant au niveau de l’intrigue qu’au niveau de l’écriture de Boulgakov.

Tout d’abord, l’auteur nous entraîne dans un patchwork de personnages se croisant tous les uns les autres, dont leur point commun est leur rapport avec le mystérieux Woland et ses compagnons. On y découvre une ville de Moscou  foisonnante et pleine de vie. Mais surtout, on est entraînés dans des événements étranges qui provoquent bien souvent la folie des protagonistes. Une légère touche d’absurde se dégage de ces curieuses mésaventures jusqu’à ce que le lecteur arrive, à la fin, à avoir une vue d’ensemble sur l’intrigue qui se construit comme une toile d’araignée. Trois histoires se chevauchent alors pour se rejoindre en différents points : celle de la ville et de ses habitants, celle de Marguerite et de son amant, le Maître et, enfin, celle de Ponce Pilate à Jérusalem. Le point commun de ces histoires est la présence du diable. J’ai vraiment aimé cet enchevêtrement d’intrigue, de personnages et, surtout, de mystère.

J’ai dégusté avec plaisir le style incroyable de Boulgakov. C’est magnifique. A la fois légèrement burlesque et fort. Les scènes, impressionnantes, s’impriment avec précision et netteté dans l’esprit. Le narrateur intervient dans le récit. J’ai eu l’impression que quelqu’un me racontait une grande et fabuleuse histoire. Je suis donc entrée dans le récit avec facilité et j’en ai accepté toutes les bizarreries. J’ai, cependant, un tout petit peu moins apprécié les parties de Ponce Pilate, voulant absolument savoir la suite des mésaventures des protagonistes à Moscou. Mais les descriptions magnifiques ont facilement palliées à ces petits moments de frustration.

J’ai vraiment apprécié me plonger dans l’atmosphère fantastique où nous amène l’auteur. Plus on avance dans la lecture et plus on veut savoir la suite. Ce qui est aussi incroyable dans cette oeuvre c’est que tout reste cohérent malgré la profusion de personnages et d’aventures.

Le Maître et Marguerite est à savourer avec délice. Et c’est un de ces livre que je relirai très certainement dans quelques années.

L&C

Publicités

2 commentaires sur “Un gros chat noir, Ponce Pilate et de la folie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s