Challenge #7 : Dessines moi un mouton

   Oui, je sais, je saute deux mois du challenge. J’ai lu Alice au pays des merveilles pour le mois de mai et j’ai beaucoup apprécié. Mais je n’ai pas énormément de chose à en dire. Et il y a d’autres livres que j’ai lu entre temps dont je préférerai vous parler – les articles arriveront sous peu. Et pour le mois de juin, ben j’avais tout simplement pas envie de science-fiction. Donc je reprends avec le mois de juillet et rattrape enfin mon retard héhé. Place maintenant au véritable article!

couv-roi-des-scarabées-620x840Je suis tombée sur Le roi des Scarabées d’Anne-Caroline Pondolfo et de Terkel Risbjerg complètement par hasard en vagabondant dans les allées de la médiathèque côté BD qui ne me sont pas particulièrement familières. Le titre m’a intrigué, le résumé aussi, je l’ai donc emprunté. Et j’ai bien apprécié le moment que j’ai passé à lire cette douce-amère bande dessinée.

   Le roi des Scarabée, c’est la quête du sens de la vie, la volonté d’accomplissement personnel. J’aime beaucoup ce thème et j’ai trouvé qu’il était bien traité dans ce livre. Le personnage principal, Aksel, part du rêve d’un enfant pour s’élancer dans la réalité de l’adulte. Il oscille ainsi entre relations passionnées et désillusions personnelles. Je n’ai pas particulièrement apprécié – ni même déprécié d’ailleurs – le personnage d’Aksel. Je dois avouer que je l’ai trouvé un peu creux et passif, sans pour autant qu’il me soit antipathique. Je pense que c’était voulu, sa vie est marquée, et je dirai même hantée par les personnes qui en font partie. Il est balloté par les envies des autres, par les représentations idéalisées qu’il construit autour de ces différentes personnes. Je pense notamment à sa mère, à Fredrik ou encore à Sofie. Décalé avec la réalité, perdu dans les rêves des autres sans être sûr de ses envies propres, Aksel m’a inspiré à la fois une tendresse douce et une exaspération résignée. Je n’ai pas ressenti grand-chose pour les autres personnages non plus que l’on voit avec les yeux d’Aksel ; à part celui de Soren que j’ai beaucoup aimé. Soren est doux, gentil et passionné des scarabées. Je pense que c’est le personnage le plus important et le plus intéressant de l’histoire, surtout avec la fin qui m’a beaucoup surprise.

 J’ai vraiment aimé l’atmosphère qui se dégageait autour du personnage et de son histoire. C’est poétique et surtout c’est un message d’amour à l’imaginaire et aux rêves qui peuplent l’enfance. Et ça, moi, ça me touche. C’est à la fois doux et amer. Cette atmosphère particulière est renforcée par les dessins. En noir et blanc, à priori très simples, ils se concentrent sur des détails, par exemple les yeux des personnages. Les fonds sont assez vides. Tout se joue dans les contrastes du blanc et du noir. Si au premier abord, je n’aimais pas trop ce style, j’ai fini par trouver qu’il collait parfaitement à l’atmosphère.

  Je suis sortie de cette lecture avec un sentiment assez étrange, à la fois sereine et un peu triste. Je n’ai pas du tout regretté d’être tombée dessus et je la conseille vivement à tout le monde voulant passer un moment agréable.

L&C

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s